Yao Kan: Des Conseils pour les jeunes chantres

Yao Kan Jean, Président des chantres unis de Côte d'Ivoire Yao Kan Jean, Président des chantres unis de Côte d'Ivoire

On ne peut parler des origines de la musique chrétienne en Cote d’Ivoire sans évoquer le nom de Yao Kan Jean. Guitariste et Chantre, Yao Kan est plus connu aujourd’hui comme Président Fondateur des « Chantres Unis de Cote d’Ivoire ». Cette organisation dont l’influence a dépassé les frontières ivoiriennes et inspiré plusieurs organisations du même genre au Cameroun, au Tchad et dans plusieurs autres pays d’Afrique Francophone. Yao Kan réside aujourd’hui au Bénin, et partage dans cette interview sa vision, en même temps qu’il prodigue des conseils à la jeune génération.

Pour les lecteurs qui ne vous connaissent pas, qui est Yao Kan Jean ?

Né le 19 Juin 1964, Yao Kan Jean est d’abord un chantre.

J’ai eu la grâce de faire partie du groupe « Témoins de Bouaflé », groupe musical de l’église Evangélique AEECI de Bouaflé (Cote d’Ivoire), ville où je suis né et où j’ai fait mes premiers pas dans la musique sous les auspices du Missionnaire Martin WALSER de Suisse et du Docteur Jean Alao, notre Pasteur et responsable. Avec ce groupe, nous avons enregistré notre premier album (sur cassette) en 1981.

J’ai aussi eu la grâce d’être parmi les membres fondateurs du groupe musical « Maranatha » créé en 1985 à travers l’organisation « Campus Pour Christ ». Nous avons enregistré deux albums « Tu as beaucoup pleuré » et « Va en profondeur ».

En 1982, au moment où j’entre à l’école de Musique, Dieu met sur mon cœur le fardeau de la restauration de la louange dans l’Eglise. Ce qui a conduit à la naissance des Chantres Unis qui existent aujourd’hui avec la grâce infinie de notre Dieu dans 8 pays.

Après 12 années d’enseignement à l’école Américaine d’Abidjan, le Seigneur m’appelle à son service pour le salut des âmes et la formation des disciples. Je suis engagé en Janvier 2007 comme Directeur National de  Trans World Radio,  une mission de salut des âmes et de formation des disciples.

Enfin je suis marié à une formidable fille du Seigneur du nom de Sarah et nous avons 4 enfants dont 2 garçons et 2 filles.

Dans quelles conditions avez vous quitté la Cote d'Ivoire à la suite de la crise ivoirienne?

J’ai quitté la Cote d’Ivoire le 16 Avril 2011 suite aux évènements douloureux qu’a connu notre pays après les élections présidentielles de 2010.
En fait, Dieu a utilisé cette situation du pays pour me faire sortir et m’envoyer en mission sous d’autres cieux pour accomplir un autre aspect de mon appel.
Lorsque Dieu m’a dit de partir d’Abidjan, j’ai demandé au Seigneur où fallait-il que j’aille et sa réponse pour moi ne s’est pas fait attendre. Le Bénin est clairement le pays que m’a indiqué le Seigneur.

Privés de leur Président, que deviennent les Chantres Unis de Cote d'Ivoire ?

En fait, les Chantres Unis de Cote d’Ivoire sont privés de leur Président mais ils ne sont pas privés de Celui qui les a appelés à savoir, le Seigneur Jésus-Christ.
Lorsque je me suis retrouvé en dehors du pays, j’ai dit à mes collaborateurs en Cote d’Ivoire que je crois que Dieu utilisait aussi cette situation pour leur faire un test pour voir comment est-ce que l’œuvre se porterait sans moi … Dieu merci, le ministère des Chantres Unis en Cote d’Ivoire continue de bien fonctionner.
A la tête actuellement, mon vice-président, le pasteur Emmanuel AMANY, et le dynamique Conseil d’Administration qu’il dirige.

Pendant ce temps, je me concentre sur les Chantres Unis dans les autres nations (Cameroun, Tchad, Centrafrique, Burkina-Faso, Mali, Niger, Sénégal) car notre vœu est d’avoir les Chantres Unis dans le maximum de nations au monde et dans tous les continents.

Qu'est ce qui a poussé Yao Kan à créer les Chantres Unis de CI ?

En fait, la création des Chantres Unis est venue du fardeau de la restauration de la louange. J’ai reçu ce fardeau  en 1982 et Dieu a voulu que naissent les embryons des Chantres Unis de Cote d’Ivoire vers les années 1990.

Je me demandais « pourquoi est-ce qu’on ne voit plus la gloire de Dieu dans l’Eglise comme au temps de Josué, de Josaphat (2 Chroniques 20) , de Paul et Silas dans Actes 16 ? »

Le Seigneur m’a répondu en disant que sa Parole n’avait pas changé mais c’était plutôt nous les Chantres qui n’étions plus tous consacrés à Lui pour voir sa gloire dans l’Eglise.

J’avais dans le temps, commencé par des conférences sur la louange et l’adoration dans les églises à Abidjan.
Et suite aux conseils d’un ami, le Dr Yves KUYO,  j’ai partagé le fardeau avec mes frères du groupe Maranatha. Nous avons ensemble pendant environ 5 ans, cherché la face de Dieu dans la prière, le jeûne. Certains amis nous ont abandonné en chemin, mais Dieu nous a fait la grâce de continuer.

Puisqu’il fallait bien que l’organisation que Dieu était en train de mettre sur pied ait un nom, je me souviens que le premier nom qu’on avait trouvé était « Comité des Chantres et Musiciens Chrétiens de Côte d’Ivoire » (COCMUCCI).
A la longue, le Seigneur nous a réorienté vers l’unité qui devait être le socle de cette œuvre à partir de Jean 17. Et c’est de là que lui-même nous a donné ce nom de « Chantres Unis » qui est désormais resté

Nous avons ensuite senti de la part du Seigneur qu’il fallait mettre un accent particulier sur la formation car le peuple (chantres de Dieu) « mourait » faute de connaissance.
.
Voici sans entrer dans trop de détails, comment les Chantres Unis sont nés.

Comment réagissez-vous aux scandales sur la moralité des chantres dans le milieu musical chrétien en CI ?

C’est très triste d’entendre toutes sortes de scandales sur les chantres en Cote d’Ivoire. Je crois que le problème est en amont.

Vous savez, un des premiers problèmes de notre milieu de chantres est l’appel.

Est-ce que tous ceux qui apparaissent comme chantres sur les antennes de télévisions, qui sont sur des radios, dans la presse écrite, sur des podiums de concerts… sont réellement appelés par Dieu ?

Sans entrer dans une étude de l’appel de Dieu, nous pouvons simplement nous référer dans la Bible à tous ceux que Dieu a appelés et dont on a vu le résultat de l’appel ; des gens tels que Moïse, Joseph, Abraham, Daniel, l’Apôtre Paul, etc…) Tous ceux-là ont eu une période de formation à « l’école de Dieu » avant de se lancer dans l’exercice de leur ministère.
Cela ne veut certes pas dire qu’on devient parfait après être appelés par Dieu et formés à « l’école de Dieu », mais on marche au moins dans la crainte de Dieu.

Qu’est-ce que nous constatons dans nos milieux de chantres aujourd’hui? « J’ai une belle voix, ou même les gens autour de moi me convainquent que j’ai une belle voix, je rassemble quelques chants, je cherche un peu d’argent, je vais dans un home-studio, et je sors un album». Quelques mois après, je suis sur les antennes de télévision dans un vidéo-clip  et le tour est joué.

Pour d’autres, c’est le désir de se faire connaître, d’être aussi nommé parmi les « stars » du pays. C’est ce qui les anime.

Pour d’autres encore, réaliser une œuvre musicale est un moyen de se faire de l’argent car comme ils le disent  « il paraît que ça marche… »

La conséquence est qu’après la sortie de leur album, ils se retrouvent tous les dimanches dans 3 à 5 lieux de culte pour jouer en moyenne 2 titres dans le cadre de la promotion de l’album. Cela sans réellement pouvoir assister à un culte tout le temps que durera la promo. Du coup, ils commencent à s’assécher spirituellement puisque n’étant plus nourris spirituellement et surtout n’ayant pas pour la plupart, une communion réelle avec Dieu.

Vous convenez avec moi que lorsque notre mobile n’est pas celui de Dieu, notre résultat ne lui conviendra pas non plus.

Il y a malheureusement aussi le cas de certains chantres qui ont commencé dans l’Esprit (appelés et formés à l’école de Dieu), mais qui avec le temps, se sont laissés phagocyter par le milieu très difficile de la musique, parce qu’ils n’ont pas été vigilants face aux vents et tempêtes inhérents au ministère.

A coté de l’appel donc, il y a la réalité de la préparation avant l’exercice du ministère et même aussi, la transformation quotidienne opérée par le Saint-Esprit dans notre vie de serviteur de Dieu pour que nous soyons à l’image de Christ. Si nous ne donnons pas l’occasion au Saint-Esprit de Dieu de nous façonner à l’image de Christ, d’enlever de nos vies toutes les « scories », cela nous rattrapera lorsque se présenteront les grandes épreuves.

Un conseil que je voudrais de passage donner à tous les chantres est que notre objectif principal dans notre service et notre adoration de Dieu doivent être de détourner tous les regards de nous et les tourner entièrement vers Dieu, car Dieu regardera et acceptera le cœur de l’adorateur avant d’accepter son adoration à l’instar de Caïn et Abel.
Je voudrais profiter de votre antenne pour donner ces petits conseils ci-dessous à tous les chantres :
-    Soyez attachés à la lecture, à la méditation de la Parole de Dieu, et à la prière
-    Faites toujours du Saint-Esprit de Dieu votre seule source d’inspiration :
En tant qu’adorateurs de Dieu, notre adoration ne Lui
plaira que si elle est faite selon son modèle décrit dans la Parole de Dieu, selon que nous nous laisserons inspirer, conduire par le Saint-Esprit.
-    Etre rattaché à une église locale à qui l’on rend compte et qui nous suit
-    Se souvenir d’où Dieu nous nous a tirés et reconnaître toujours que sans lui, notre vie n’est rien
-    Veiller à ne pas tomber dans l’orgueil
-    Faire attention à ne pas tomber dans l’amour de l’argent
-    Fuir la débauche et toutes les mauvaises compagnies

Quel contact avez-vous avec les chantres du Benin ?

J’ai de très bons rapports avec les Chantres du Bénin. Avec eux, nous sommes présentement en train de réfléchir à la naissance des Chantres Unis du Bénin.
Je fais aussi beaucoup de formations aux chantres depuis que je suis sur le sol Béninois.

Que fait Yao Kan dans le service de Dieu aujourd’hui ?

J’exerce comme missionnaire et chantre.

Yao Kan a t-il un projet d'album ?

En fait, j’avais commencé à travailler sur un album à Abidjan depuis début 2010 et je m’étais promis de rentrer en studio vers la fin de 2011. Mais avec tout ce que nous avons vécu, le projet a été simplement reporté. Je verrai avec le temps comment le Seigneur m’ orientera.

A quand le retour en Cote d'Ivoire ?

Je crois pour l’instant que je ne sais pas quand je retournerai en Cote d’Ivoire. Je n’avais pas planifié de quitter la Cote d’Ivoire et j’ai dû quitter par la force des choses et surtout sur instruction du Seigneur. Donc, je me laisse entre ses mains, lui qui sait mieux nous conduire.
Mais quand le moment viendra, je vous tiendrai informé.

Laissez vos commentaires

A Propos de nous

CultureGospel, magazine en ligne dédié à informer le public et les chretiens sur les actualités gospel et à promouvoir l'évangile au travers de la culture.

En savoir plus

Nous contacter

Vous avez besoin d'une information ? Nous sommes là pour vous aider. N'hesitez pas à nous contacter!

(+225) 07 30 25 35
(+33) 06 63 58 82 03

Nous ecrire

En partenariat avec

0
Partages
Suivez CultureGospel sur Facebook!