Zeresh Acapella : De retour sur la scène musicale [Interview]

Dix ans après la sortie de leur premier album, Zeresh Acapella est de retour et ils ont tant de choses à raconter... On ne finit jamais de les découvrir… On a pensé saisir un pan de leur riche expérience au cours de cette conversation. Des propos qui nous renseignent davantage sur leur rencontre, leur ministère, leur passion pour Jésus-Christ et pour son œuvre…

Quand ils sont éliminés lors d’un concours chrétien de chant pour avoir chanté en acappella, ces jeunes adolescents vivent difficilement ce classement. « C’est donc à la suite de cet évènement malheureux que le moniteur Christian Oblay nous a proposé d’en faire notre style musical à part entière au travers d’un groupe ».

La suite on la connaît, ces jeunes chrétiens sont devenus une véritable référence en matière de musique acapella en Côte d’Ivoire et en Afrique francophone. Dans les coulisses de cet accomplissement, un nom est récurrent ; Christian Oblay. En plus d’être à la base de la création de Zeresh, Christian contribue à l’étape de la formation spirituelle, artistique et même sociale de ces enfants. Il les rassemble, les réunit, malgré leurs différences. Il veille au grain pendant toute la préparation du premier album. Il est présent au studio, gère les crises de nerfs et motive ses poulains. Il a juste le temps de savourer la satisfaction de la première œuvre avant de s’en aller pour sa formation théologique.

Ce n’est que le début d’une vague de départs. Joas, le bassiste d’alors doit retrouver sa classe d’informatique en Inde. Joël rejoint la Chine. Plus tard c’est au tour d’Othniel de poser ses valises à Accra. Il faut trouver un autre bassiste pour remplacer Joas.

2007. Patrick intègre la famille Zeresh. Mais d’autres challenges s’annoncent à l’horizon. Les adolescents ont grandi…Les mariages se succèdent, les naissances, les promotions professionnelles… Malgré ces nouvelles obligations, ils continuent de travailler et de croire à la mission que Dieu leur a confiée, chanter pour Lui.

Dix ans après la sortie de leur premier album, Zeresh A’cappella Acte I, le deuxième album Acte II C’est une grâce est prêt. Pour ces jeunes ivoiriens, c’est une grâce de connaître Jésus. C’est une grâce de le vivre. Et cette grâce, ils la partagent le temps d’une causerie, d’une rencontre, d’un entretien. Des anecdotes, des moments difficiles surmontés, des pleurs, des rires, ils en ont en quantité. On ne finit jamais de les découvrir… On a pensé saisir un pan de leur riche expérience au cours de cette conversation. Des propos qui nous renseignent davantage sur leur rencontre, leur ministère, leur passion pour Jésus-Christ et pour son œuvre…

«Tout est parti d’une injustice : le groupe…avait été éliminé purement et simplement à la finale d’un concours» CG : Que veut dire Zeresh ? Et pourquoi ce nom ?

ZA :Zeresh est un nom hébreu qui signifie Etoile d’Adoration. Ce nom reflète le fardeau que nous avons reçu par rapport au ministère que nous exerçons : être une étoile d’Adoration partout où le Seigneur nous envoie.

CG : Depuis combien de temps le groupe existe-t- il et qui l’a créé ? CG : En 2018, Notre groupe a eu 20 ans d’existence. Zeresh Acapella est né de l’initiative du Pasteur Christian Oblay à l’époque qui fut notre moniteur à l’école du Dimanche. C’est une histoire de longue date. Pouvez-vous nous raconter comment vous vous êtes rencontrés ?

ZA :Nous nous sommes tous connus étant tout petit. C’était à l’école du dimanche de l’Église Évangélique des Assemblées de Dieu d’Adjamé… Adjamé c’est une commune d’Abidjan. Nous habitions aussi pratiquement tous le même quartier.

CG : Comment a démarré le groupe et pourquoi avoir choisi le chant a cappella exclusivement ?

ZA :Tout est parti d’une injustice : le groupe que nous formions, avait été éliminé purement et simplement à la finale d’un concours musical chrétien pour enfants car notre prestation de chant s’était faite en acappella. Au fait, ce fût à défaut de musiciens. C’est donc à la suite de cet évènement malheureux que le moniteur Christian Oblay nous a proposé d’en faire notre style musical à part entière au travers d’un groupe.

CG : Un groupe connu vous a-t- il influencé ?

ZA :Oui ! The Acappella Company

«La vie d’un chantre ne se résume pas qu’à la sortie d’albums.» CG : Alors, Zeresh a été créé en 1998, votre première œuvre discographique sort en 2008… enfin en 2018, c’est le grand retour avec un nouvel album. C’est fait exprès que ces faits marquants interviennent chaque décennie ?

ZA :(Rires) Sincèrement, nous n’avions pas planifié les choses ainsi. Mais, nous nous rendons compte que le Saint-Esprit conduit notre destinée. Du reste, il faut préciser que la vie d’un chantre ne se résume pas qu’à la sortie d’albums. Il s’agit également d’édifier le peuple de Dieu au travers des moments tels que des concerts d’évangélisation et de restauration… Et grâce à Dieu, nous nous sommes attelés à le faire lorsque nous n’étions pas en studio.

CG : Au début, vous étiez une dizaine de jeunes hommes, puis le nombre est passé à 6 ou 7 ? Et aujourd’hui 9… Que s’est-il passé ?

ZA :Il y a eu pendant une période parmi nous, pour certains des voyages à l’extérieur de la Côte d’Ivoire pour des raisons d’études, et aussi de regroupement familial. Aujourd’hui, les études étant finies certains membres du groupe sont revenus.

CG : Il n’y a donc jamais eu de clash ou de palabres au sein du groupe ? Vous êtes donc un groupe musical modèle voire parfait.

ZA :Certes, il y a des points de vue différents comme dans tout groupe, mais cela ne va pas au-delà. Donc jamais de clash entre nous ! Nous sommes constamment motivés par la quête de l’union pour atteindre nos objectifs, et le Saint-Esprit nous aide dans ce sens.

CG : Comment gérez-vous les différends ou les désaccords au sein du groupe ?

ZA :Par la communication, l’humilité, la prière et le respect de la hiérarchie.

CG : Ah bon, la hiérarchie ? Qui est le chef parmi vous ?

ZA :Le premier responsable de Zeresh Acapella est Jephthé Kakou. Il est secondé par Eliézer Gbanda.

CG : Et la place de Jésus dans tout ça ?

ZA :Jésus a forcément la première place dans ce groupe car rien ne peut se faire sans Lui. Il est au commencement et à la fin, Notre chef d’orchestre, Notre Inspiration…

CG : De quel groupe plus connu peut-on vous rapprocher ?

ZA :Notre style est un brassage de plusieurs cultures musicales (américaine, africaine…). Il nous serait donc difficile de faire des rapprochements avec un groupe en particulier.

CG : Avec quels groupes ou artistes chrétiens aimeriez-vous tourner ou bien faire un album en commun ou encore faire un featuring ?

ZA :Acappella Company, bien sûr ! Nous aimons bien les « Joyous Celebration » … Et puis, il y a Donnie McClurkin et Sébastien Demrey.

«Nous avons travaillé pendant une année sur ce projet qui est riche en couleurs musicales modernes et folkloriques.» CG : Pour parler un peu de votre actualité, votre prochain album sort bientôt et déjà un avant-gout est disponible sous forme d’un single et d’un clip… Comment s’est passée la gestation de cet opus ?

ZA :Il faut d’abord savoir que le titre « C’est une grâce », qui donne aussi son nom à l’album a été composé par le groupe en 2000. Aujourd’hui, ce cantique dédié à notre Dieu est revenu comme un assemblage des témoignages de chaque membre du groupe. Dieu a tellement fait pour nous, pour notre pays et pour le monde entier qu’il est bon de marquer une pause et de dire : « C’est une grâce ». Nous avons travaillé pendant une année sur ce projet qui est riche en couleurs musicales modernes et folkloriques. Vous y trouverez également des réadaptions à la manière de Zeresh Acapella.

CG : A quoi doivent s’attendre les auditeurs ?

ZA :A la grâce de Dieu dans leur vie ! Pour nous « C’est une grâce » est la manifestation de l’amour de Dieu pour chacun au travers de la mort et la résurrection de Jésus.

CG : Logiquement, le titre de cet album devrait être Acte 2 !

ZA :Effectivement le titre de l’album est : « Acte 2 : C’est une grâce ».

CG : Comment convaincre quelqu’un d’écouter votre musique de la manière la plus rapide possible, à l’image des 140 signes de Twitter ?

ZA :La grâce de Dieu se manifeste toujours dans nos vies. Quelle autre belle manière de lui être reconnaissant ? En chantant « C’est une grâce ». Cet album sera pour vous un moyen de dire merci à Dieu.

CG : A part l’album, quelles sont vos promesses à votre public pour cette nouvelle année ? Quels sont vos autres projets ?

ZA :La sortie de ce nouvel album aura lieu le 11 Mars prochain au Club House des 2 Plateaux Vallons, c’est à Abidjan, lors d’un concert dédicace. Ceci marquera le début d’une longue série d’évènements : une tournée de concerts à Abidjan et dans plusieurs villes de la Côte d’Ivoire et… un grand concert de reconnaissance pour nos 20 ans de ministère.

Laissez vos commentaires

A Propos de nous

CultureGospel, magazine en ligne dédié à informer le public et les chretiens sur les actualités gospel et à promouvoir l'évangile au travers de la culture.

En savoir plus

Nous contacter

Vous avez besoin d'une information ? Nous sommes là pour vous aider. N'hesitez pas à nous contacter!

(+225) 07 30 25 35
(+33) 06 63 58 82 03

Nous ecrire

En partenariat avec

0
Partages