• Accueil
  • Tout
  • Actu
  • Chrétienne et scientifique à la NASA, Katherine Johnson, héroïne du film « Les figures de l’ombre » est décédée.

Chrétienne et scientifique à la NASA, Katherine Johnson, héroïne du film « Les figures de l’ombre » est décédée.

Katherine Coleman Goble Johnson est décédée ce Lundi 24 Février 2020 à l’âge de 101 ans. Cette mathématicienne et technologue spatiale dont la vie est racontée à travers le film à succès « Hidden figures » ou « Les figures de l’ombre » (2016) était chrétienne.  

Katherine Goble Johnson dans « Les Figures de l’ombre » :

L' histoire inspirante de Katherine Goble Johnson a été portée à la connaissance du plus grand nombre grâce au biopique "Les Figures de l'Ombre", dans lequel elle était interprétée par Taraji P. Henson. Elle incarne l’Afro-américaine qui a conquis toute la section mathématique et astrophysicienne de la NASA par son aptitude à calculer sans machine pour trouver en un lapse de temps ce que les autres doués réussissaient (ou pas) en une journée entière. C’est aussi elle qui est à l’origine « du rejet » de la ségrégation raciale à la NASA à une époque de rude concurrence avec la Russie dans le programme spatial. Le film sorti en 2016 a enregistré 28 distinctions honorifiques. Katherine constitue avec Dorothy Vaughn de la section informatique et Mary Jackson de l’ingénierie aérospatiale, les « 3 » figures de l’ombre.

Son témoignage et sa vie professionnelle :

Selon le site officiel de la NASA (www.nasa.gov), avant ses 10 ans, cette enfant aimait compter. Elle a tout compté. Elle comptait le nombre de pas qu'elle a fait sur la route de l’école ou sur la route de l’église, Elle comptait les marches de l'église. Elle comptait même les fourchettes et les assiettes lorsqu'elle lavait la vaisselle.
Sara Carter et Carolyn Bond, membres de l'église méthodiste unie St. James, se rappellent que Katherine Coleman a grandi près de l'église. Elle fréquenta la St. James Methodist, qui était alors une église afro-américaine (avant l'actuelle St. James).

Compter les marches de l’église n’était pas qu’un jeu ou un simple passe-temps, mais le début d’un amour pour les mathématiques. Mademoiselle Coleman (comme l’appelait William Waldron Schieffelin Claytor, son professeur de collège de l’époque) est très tôt repérée comme « un esprit rare ». Son niveau de calcul surpasse largement la moyenne dans une classe où elle se trouve être la plus jeune.

Après son baccalauréat à l’âge de 14 ans, elle intègre l’Université de Virginie-Occidentale. Diplômée, elle enseigne les mathématiques et le Français avant d’intégrer la NASA.
C’était à l’époque où IBM n’avait pas encore fourni à la NASA son premier ordinateur. Kathérine Coleman Goble est celle qui a fourni, par des calculs à la main, les chiffres qui ont mené le premier américain en Orbit (John Herschel Glenn, Jr.) le 20 Février 1962. Le premier grand succès de la National Aeronautics and Space Administration dans la conquête de l’espace.

Devenue Katherine Coleman Globle Johnson après son second mariage en 1959 (elle était veuve) avec l’officier vétéran de l’armée James A. Johnson à l'église presbytérienne Carver Memorial à Newport News en Virginie, elle intègre la chorale au sein de laquelle elle louera le Seigneur pendant 50 ans.   

Aujourd’hui, une salle porte son nom dans les locaux de la NASA.

Laissez vos commentaires

A Propos de nous

CultureGospel, magazine en ligne dédié à informer le public et les chretiens sur les actualités gospel et à promouvoir l'évangile au travers de la culture.

En savoir plus

Nous contacter

Vous avez besoin d'une information ? Nous sommes là pour vous aider. N'hesitez pas à nous contacter!

(+225) 07 30 25 35
(+33) 06 63 58 82 03

Nous ecrire